Aller au contenu

Bref historique

Le 2 janvier 2004, un événement catastrophique s’est produit sur notre lac, qui a alimenté 11 années de luttes judiciaires et la naissance de ce qui allait devenir le Fonds environnemental LSFX. Cet événement est la catastrophe écologique du lac Thurston et voici notre histoire.

C’était juste un jour après le Nouvel An et la plupart des résidents étaient retournés en ville ou s’étaient blottis à l’intérieur pour se remettre des fêtes et s’abriter du froid brutal avec des températures proches de -40°C. Ce jour-là, un promoteur immobilier voisin a décidé d’utiliser des explosifs sur le lac Thurston dans l’intention d’étendre son territoire. En l’espace d’une heure environ, toutes les eaux marécageuses du lac Thurston, la vie aquatique, la biomasse en décomposition et les sédiments riches en nutriments ont dévalé un petit cours d’eau et se sont déposés dans les eaux vierges de notre lac. Cela serait passé inaperçu si un habitant n’avait pas regardé par sa fenêtre à la tombée de la nuit et remarqué une grande masse d’eau brune et vaporeuse recouvrant la glace de la grande baie de Newaygo. Les actions de ce promoteur ont eu des conséquences irréversibles et catastrophiques sur notre lac.

Pour donner une idée de l’ampleur de ce qui s’est passé, considérons les faits suivants :

– Les arbres de la petite vallée où coule le ruisseau que le déluge a suivi avaient des débris accrochés à leurs branches à une hauteur de 2,5 mètres ;

– Le lac St François Xavier a dégagé une odeur de marécage pendant 3 ans ;

– L’eau du lac a pris une teinte brune qui persiste encore aujourd’hui ;

– La transparence a chuté de près de 50 % et, bien qu’elle se soit améliorée, elle n’a jamais retrouvé son niveau d’avant le lac Thurston.

– Tout a coulé au fond, maintenant invisible, mais tranquillement assis sur le fond du lac, libérant ses nutriments dans l’eau et accélérant le vieillissement du lac St François Xavier, notre lac vierge.

En raison des actions de ce promoteur, notre lac a subi des conséquences irréversibles et catastrophiques qui ont conduit à l’action collective du lac Thurston. Dave Clark est devenu le « chef de classe » et la création du Fonds pour l’environnement du lac Saint-François-Xavier a vu le jour. La bataille juridique a duré 11 ans et s’est traduite par de nombreuses comparutions devant les tribunaux. Elle avait un rythme déconcertant. De longues périodes d’inaction ponctuées d’épisodes d’activité frénétique. La dernière audience en septembre 2014 s’est bien déroulée et la bataille a été gagnée. Finalement, la création du Fonds a été approuvée, de même que ses statuts, son règlement intérieur et son calendrier d’activités, afin d’en faire une entité juridique. Bien que la création du Fonds ait été approuvée, aucun montant n’a encore été débloqué. Cela ne se produira qu’après l’assemblée générale annuelle et l’élection d’un conseil d’administration, un an plus tard.

Après un travail acharné, mené principalement par Dave Clark, nous avons maintenant la possibilité de protéger notre lac contre d’éventuels désastres écologiques futurs, conformément au mandat du Fonds. Sa vision était de créer le Fonds pour la protection du lac et non pour la communauté. C’est à la communauté qu’il incombe de veiller à sa bonne utilisation et de s’impliquer activement dans les projets visant à protéger le lac.

Mot de la fin par Dave Clark 2024 :

« Le Fonds environnemental du Lac St François Xavier est un don, le résultat d’une grande synchronicité. Il a été rendu possible par des relations, des amitiés et une croyance profonde dans notre rôle en tant qu’humains, pour protéger l’environnement naturel et le guider à travers l’évolution naturelle vers un avenir durable. Ce succès est dû à la vision, au courage, à l’engagement et à la persévérance de quelques-uns. Les chances de le recréer sont très minces, voire nulles. C’est ce qui rend le Fonds très précieux. L’esprit du Fonds repose sur l’inclusion, la participation, l’éducation, la sensibilisation et la gestion de l’environnement. Il n’a pas été créé pour la communauté. Il a été créé pour le lac et appartient au lac. Notre rôle est de veiller à ce qu’il atteigne son plein potentiel en tant qu’outil puissant pour le protéger et le soutenir dans l’avenir. La communauté doit jouer un rôle essentiel dans la manière dont il sera utilisé, car nous sommes les membres chargés de le guider. Le conseil d’administration est là pour mettre en œuvre la vision de la communauté. Cela signifie que nous devons tous participer afin qu’il ait une direction claire à suivre. Notre participation doit nous amener, individuellement et en tant que communauté, à dépasser nos intérêts et désirs personnels et à nous concentrer sur l’avenir du lac. Nous devons être intransigeants dans notre objectif d’évolution naturelle, mais flexibles dans notre approche. L’aspect le plus puissant du Fonds est tout simplement sa présence, qui indique à tous ceux qui voudraient exploiter le lac que nous, en tant que communauté, pouvons réagir. Si nous voulons maintenir cette capacité de réaction, le Fonds doit rester en bonne santé à l’avenir et se développer pour faire face aux menaces qui se matérialisent déjà. Cela nécessitera un leadership fort de la part du conseil d’administration ainsi que l’engagement et la participation de l’ensemble de la communauté.

« Je crois que le Fonds environnemental du lac Saint-François-Xavier est maintenant entre bonnes mains et que si la communauté demeure active et impliquée en tant que membre, il continuera de l’être. Je suis maintenant en paix, mais je resterai vigilant, tout comme l’ensemble de la communauté,

« J’espère que vous avez apprécié cette histoire pas si brève et que vous avez bénéficié de ses enseignements. Plus important encore, j’espère que vous êtes maintenant conscients de la valeur de ce don très rare et de l’importance d’assurer sa longévité et son utilisation correcte à l’avenir ».

(Dave Clark, 2024)

Pour connaître l’histoire complète de Dave, le fondateur du Fonds environnemental du Lac St François Xavier, lisez son histoire :

« Lorsqu’on m’a demandé d’écrire l’histoire du Fonds pour l’environnement du lac Saint-François-Xavier, j’envisageais un travail de deux ou trois pages. Cependant, le Fonds avait sa propre histoire à raconter. Elle couvrait 11 ans de ma vie, des années remplies d’exaltation et d’espoir, mais aussi de douleur et de colère. Elle ne tenait pas en quelques paragraphes. Je suis convaincu que la valeur du passé réside dans les leçons qu’elle nous apporte… » (lire la suite à venir)